Cloud computing, le nouveau terrain de jeu des cybercriminels

 

Le cloud computing ou le stockage de données à distance permet aux entreprises de faire des économies importantes et d’être plus efficaces dans toutes leurs actions commerciales. Mais, ces dernières années, le nombre de cyber-attaques sur les serveurs des données stockées confirme bien que ce secteur est devenu le nouveau terrain de jeu des cybercriminels.

En effet, le cloud computing constitue une opportunité pour les cybercriminels de mettre en place un nouveau système pour être plus efficaces dans toutes leurs actions : émission de spams, piratage de données importantes, afin de les utiliser pour une ouverture de compte sur une plateforme IAAS sous une autre identité volée…

L’effet d’une cyber-attaque sur un serveur en cloud computing est bien plus grand qu’une simple attaque sur un serveur en interne. Etant donné que l’entreprise est en relation constante avec ses clients et partenaires, une seule attaque pourrait provoquer la paralysie de tout un réseau, il s’agit de l’attaque DDoS ou  « distributed denial of service attack ».

Avec l’évolution des solutions de virtualisation de machines, on pourrait s’attendre à l’émergence de réseaux de « zombie », s’appuyant sur de puissantes techniques de virtualisation. Actuellement, les botnets tendent vers ce phénomène en envoyant progressivement des spam ou en participant activement à une attaque par DDoS.