Cybercriminalité et déviance

Les actes de déviance dans le cyberespace sont aujourd’hui en nette recrudescence. La déviance est une notion de sociologie désignant des comportements ne s’alignant pas aux normes sociales. Elle n’est donc pas forcément un comportement négatif, mais peut tout aussi bien se tourner vers l’idéal.

Cependant, lorsque la déviance est associée à la cybercriminalité, elle est néfaste et généralement illégale ; d’où l’expression cyberpirate. La piraterie informatique est une forme de déviance dans le cyberespace, réprimandée par la loi et contraire aux standards du web.

Les cyberpirates sont parfois bien organisés, et orientent leurs actes vers un objectif de rentabilité économique pour leur compte. C’est désormais un système structuré, dont les détenteurs de systèmes d’informations se méfient considérablement.

En parallèle avec les hackers à comportement nuisible, en quête de reconnaissance sociale, se dressent des grosses pointures de la piraterie dans le cyberespace. Le marasme économique constaté et qui perdure actuellement est l’une des raisons favorisant les actes de déviance dans le cyberespace, et accroit ainsi le taux de cybercriminalité.

La déviance cybercriminelle ne se limite donc plus à de simples délinquances et à une quelconque forme de troubles de la psychologie, mais également à un acte criminel volontaire poursuivant un but similaire à toute activité économique génératrice de revenus. Les dangers qu’elle apporte sont ainsi réels et manifestes.

Vous pouvez vous référer à l’agence Anti-Cybercriminalité, pour obtenir plus d’informations concernant la cybercriminalité.