Cyberespaces, constamment menacés par le piratage

Le cyberespace enregistre une évolution fulgurante depuis quelques années ; de nouvelles technologies, encore plus performantes, font leur apparition chaque jour. De la simple appellation d’Internet, la Toile s’est vue baptiser de nouveaux noms, chaque nom ayant ses propres caractéristiques : le web 1.0, le web 2.0, le web 3.0, et dans un futur proche le web 4. Internet fut l’apanage des ingénieurs informatiques, puis démocratisé et facilité (terminaux mobiles connectés), intégré sur les objets (voitures, appareils électroménagers, etc.), et est déjà sur le nuage (délocalisation et cloud). Ces caractéristiques d’Internet peuvent se résumer en un réseau facile d’utilisation et d’accès, avec un champ d’application de plus en plus vaste.

Le monde entier sous les menaces de la cybercriminalité

S’il est vrai que l’évolution d’Internet profite largement aux particuliers, entreprises et institutions étatiques ; il n’en est pas moins que les cybercrimes se font, parallèlement, plus sophistiqués et plus menaçants. En effet, les formes de cyberattaques revêtent des caractéristiques qu’elles n’avaient pas, il y a quelques années de cela. Les attaques cybernétiques sont actuellement plus ciblées, plus sophistiquées, et beaucoup plus complexes. En réalité, plus les antivirus développés par les spécialistes de la sécurité informatique sont performants, plus les virus informatiques sont pourvus de fonctionnalités encore plus complexes, rendant plus difficile leurs identification et éradication. Les attaques informatiques déclarées prouvent que personne n’est à l’abri de la cybercriminalité ; allant de simples particuliers (phishing, scam, etc.), jusqu’aux organismes gouvernementaux de pays développés (virus Stuxnet, Flame, etc.). D’ailleurs, la principale problématique du cloud computing en ce moment, c’est la question de la sécurité des données, quand celles-ci sont hébergées chez un prestataire.

L’évolution constante de l’étendue du cyberespace s’accompagne malheureusement de l’accroissement du risque de piratage informatique. Chacun doit participer activement à la lutte contre ce phénomène. S’informer est la première étape : rendez-vous sur le site de l’Agence Anti-cybercriminalité.