Escrocs sur internet, les pays africains détiennent la première place

 

Les pays africains deviennent les favoris en escroquerie sur Internet. D’Abidjan en Côte d’Ivoire, plus de 15 millions d’euros ont été détournés par les escrocs. Selon la gendarmerie française, les escroqueries ont flambé de 121% en un an.
 
Internet : l’Eldorado des cyber escrocs
 
Des escrocs originaires d’Abidjan, de l’Algérie et du Ghana défraient la chronique ces dernières années sur la toile. Leur imagination est sans limite, l’escroquerie « à la nigériane », ou le scam 419, revêt des formes nombreuses et variées (scam pour « arnaque » et 4-1-9 correspond à la section du code pénal nigérian qui criminalise cette pratique).
L’arnaque aux sentiments est une escroquerie qui se sert de sites de rencontre pour trouver un(e) « amoureux (se) », à qui le criminel va demander de l’aide financière pour régler tel ou tel problème. 
 
L’arnaque à la loterie consiste à faire croire à la victime que cette dernière a gagné (somme d’argent ou voiture) à une loterie et que celle-ci devra envoyer de l’argent, soit pour les frais de transport du gain, soit pour les frais du notaire.
 
Un faux mail d’un contact inconnu, ou même d’un consulat, demande à la victime, pour une raison ou une autre, d’effectuer un transfert d’argent en Côte d’Ivoire, ou d’envoyer ses coordonnées bancaires. L’arnaque « à l’héritage » consiste à promettre un gain mirobolant, sur pourcentage de l’héritage, en échange de coordonnées bancaires et de la signature du propriétaire. Le but de ces deux formes d’arnaque  est tout simplement l’usurpation d’identité.
 
Néanmoins, des gendarmes français « N’tech », dotés de 750000 euros de matériels collaborent avec une plateforme de recoupements électroniques de courriers douteux pour éradiquer ce crime. Malheureusement, une seule plateforme de lutte contre la cybercriminalité existe actuellement en Côte d’Ivoire (http://cybercrime.interieur.gouv.ci, cybercrime@interieur.gouv.ci).