Hébergement boutique en ligne et sécurité informatique

Nous voici à l’ère du web 4.0 : l’Internet des objets et l’Internet sur les nuages (cloud computing). L’on ne parle plus beaucoup de commerce, ni de réputation d’une enseigne, mais plutôt d’e-commerce et d’e-réputation. Toutefois, l’engouement à la connectivité sur Internet occasionne des risques majeurs pour la sécurité des données et informations qui circulent sur le réseau informatique. Le problème du cloud computing demeure toujours la sécurité des données. Les hébergeurs de sites d’e-commerce utilisent, de manière générale, les services et infrastructures des centres de données privés et/ou publics, et sont parfois amenés à héberger différents sites d’e-commerce sur un espace mutualisé.

Serveur dédié et serveur à espaces mutualisés

Actuellement, sur le marché de l’hébergement de sites e-commerce, les centres de données, selon les budgets et/ou les besoins des entreprises clientes, proposent deux solutions d’hébergement. La première offre un serveur dédié, où un site d’e-commerce dispose d’un serveur à part entière pour l’hébergement de son site. La seconde propose des espaces limités et mutualisés à un certain nombre de sites e-commerce, sur un serveur unique. Evidemment, la première offre garantit plus de sécurité pour les données, toutefois, les coûts de location et de maintenance augmentent en parallèle. Malgré tout, vu le nombre de menaces informatiques détectées et à venir, la prudence est de mise, dans le choix du type d’hébergement de sites e-commerce. D’autant plus que le site marchand ne fera circuler sur le réseau que des informations relatives à l’entreprise, mais également, et surtout, des données personnelles et confidentielles des clients.

Les risques et nouvelles menaces informatiques accroissent en nombre, parallèlement avec les avancées des NTIC, des mesures sécuritaires doivent être prises par les entreprises, pour protéger leur système informatique. D’autres informations sur la lutte anti-cybercriminalité sont disponibles sur le site de l’Agence ACC (Anti-Cybercriminalité).