Jusqu'où les cyber-indignés iront-ils pour défendre leurs causes ?

Le mouvement des indignés est un mouvement international menée à l’origine par des jeunes plus touchés par la crise économique et financière mondiale. Ces jeunes sont majoritairement des chômeurs et des personnes qui gagnent 1000 euros ou moins. Ce mouvement est né en Espagne sous le nom de « Los Indignados » et devenu célèbre après l’action « Occupy Wall Street » qui dénonçait les abus du capitalisme financier.

L’objectifs des indignés est de se soulever contre les injustices qui règnent dans le monde, qu’elles soient politiques, économiques, sociales ou culturelles. Mais leurs objectifs ne s’atteignent souvent que par des actes ou infractions qu’ils perpétuent. En effet, les indignés utilisent l’internet pour arriver à leurs fins. Ils s’infiltrent dans des sites gouvernementaux afin de s’emparer et de publier des informations confidentielles, ils piratent des serveurs d’entreprises et même ceux des géants du nucléaire…

Aujourd’hui, une autre face plus sombre de l’hacktivisme se développe également : les cyber-armées. Ce type de hackers se disant être « patriotistes » obtient de plus en plus le soutien des Etats et effectue des attaques plus sophistiquées et plus réfléchies. Il s’agit de l’« Iranian Cyber Army », de l’« Albanian Cyber Army », du « China Honker » ou du groupe turcs Akincilar ou GrayHatz. Ces derniers ont récemment été accusé d’avoir attaqué les sites de Charlie Hebdo et de la députée UMP Valérie Boyer.

En observant la réalité sur les nombreuses attaques des cybercriminels, l’évolution du Web 2.0 et celle des TIC, les actions des cyber-indignés peuvent même dépasser les limites de la raison.