La cryptanalyse, une attaque informatique implicite

Apparues sous différentes formes, les attaques informatiques prolifèrent et se propagent vite avec l’avancée technologique, pour ne parler que de la cryptanalyse. Mais est-ce que l’on peut qualifier la cryptanalyse d’attaque informatique ?

La cryptanalyse, de l’Antiquité à notre ère contemporaine

La cryptanalyse est une opération qui consiste à déchiffrer ou à décoder un message codé ou un texte crypté, pour le rendre plus clair, même si on n’est pas en possession de la clé utilisée. Généralement, il existe deux formes de cryptanalyse, dont la première est que l’on connaît la clé, dans quel cas le texte ou le message est facile à décrypter. La deuxième forme de cryptanalyse est celle où l’on n’est pas en connaissance de la clé et donc, une nécessité de décrypter de fond en comble le message pour en déduire sa signification.

En termes de décryptage, ces tentatives de déchiffrement sont qualifiées d’attaques. Il existe plusieurs méthodes pour procéder au décodage d’un texte crypté. Mais, ce sont surtout la cryptanalyse fréquentielle, la cryptanalyse séquentielle et la cryptanalyse linéaire qui sont les plus usitées.

La cryptanalyse peut être qualifiée d’attaque informatique si les casseurs d’informations utilisent celles-ci à des fins malveillantes, à l’insu de l’auteur du message. Dans tous les cas, la cryptanalyse est toujours vue pour son côté négatif : piratage, tentative de manipulation d’autrui…

            Existant depuis l’Antiquité, la cryptanalyse persiste toujours, sous de nouvelles formes. Elle peut être considérée comme une attaque informatique en fonction de l’utilisation du message ainsi décrypté. Néanmoins, l’Agence Anti-Cybercriminalité donne davantage d’informations quant à la sécurisation et la confidentialité des informations.