La cybercriminalité, une menace de plus en plus pesante pour le monde

Depuis la diffusion  sur la toile de nouveaux services et outils internet destinés à une population mondiale favorable à leur utilisation ainsi que la globalisation des réseaux, les infractions pénales sur internet se sont rapidement accrues.  L’époque où les jeunes passionnés de l’informatique tentaient désespérément de s’infiltrer via l’internet dans les serveurs vulnérables est bien loin. Aujourd’hui, la cybercriminalité est devenue un métier à part entière.

Par définition, la cybercriminalité est l’ensemble des infractions pénales réalisées via les réseaux informatiques, en particulier sur le réseau internet. Elle est constituée à la fois par des atteintes aux biens telles que la fraude sur les cartes bancaires, le piratage d’ordinateurs, etc. et les atteintes aux personnes comme la diffusion de contenus illicites, constituant une atteinte à la vie privée.

En cette période de crise affectant le système économique mondial, les attaques cybercriminelles ne cessent de croitre. Les entreprises victimes affirment que ces attaques causent une  baisse de croissance et de compétitivité. En effet, elles ont pour conséquence la perte de confiance des partenaires et des clients pouvant entrainer jusqu’à la réduction à moyen terme des effectifs.

Au niveau national, le risque que représente la cybercriminalité est énorme car elle peut paralyser les systèmes informatiques de tous les secteurs : administration, établissements financiers, etc

Face à de tels dangers, les actions de lutte contre cette tendance se multiplient mais les spécialistes sont encore loin de pouvoir l’éradiquer ou de réduire le taux d’infractions criminelles perpétrées. En effet, il existe plusieurs obstacles juridiques et non juridiques à la lutte contre le phénomène de la cybercriminalité. Tout d’abord, il y a l’ampleur des réseaux informatiques, la rapidité de la réalisation des infractions et la complexité des enquêtes judiciaires (rassemblement de preuves, investigation…). Sur le plan juridique, la cybercriminalité n’est pas encore considérée comme une infraction dans nombreux pays, ce qui rend difficile sa poursuite par les divers organes de lutte.