La sécurité informatique face aux attaques agressives des cybercriminels

L’adoption des mesures de sécurité informatique visant à réprimer toutes les formes d’infractions commises en ligne est devenue désormais un élément incontournable face aux attaques incessantes, récurrentes et agressives des cybercriminels et cyber-délinquants.  En effet, ces deux dernières années, la lutte contre la cybercriminalité avait pris de plus en plus d’ampleur et la cyber-guerre constitue à présent une situation redoutée par la sécurité informatique.

La cyber-guerre serait-elle devenue inévitable dans un avenir très proche ?

D’après les tentatives de définition par un spécialiste français maîtrisant le concept, la cyber-guerre ou « cyberwarfare » n’aura lieu, qu’une fois que l’une des composantes suivantes, à savoir, les réalisations, les motivations et les armes, s’appuie sur un champ numérique informatisé. C’est ce que l’on appelle communément « cyber-attaque ». La cyber-guerre consiste donc en une utilisation de l’internet et des machines informatisées pour mener une cyber-attaque. Cela se manifeste généralement par un blocage de systèmes informatiques dans les centres de commandement ou de transmission d’informations, pouvant aboutir à une prise de contrôle informatique partielle ou totale à l’insu de l’administrateur principal.  

La cyber-sécurité face aux cyber-attaques :

            Selon l’avis d’un expert suisse, Docteur Sandro ARCIONI, spécialiste en matière de cyber-sécurité, l’on devrait plutôt se focaliser davantage sur l’analyse comportementale et intelligente de l’intégralité des flux de données qui circulent sur Internet, au lieu de se contenter des reconnaissances de signatures, comme la plupart des solutions disponibles sur le marché. La démarche prospective sera à cet effet la meilleure approche à adopter et consistera à la fois en une perspective « déterministe » (qui se réfère aux antécédents pour l’amélioration d’une approche) et « holistique » (qui examine une situation ou un phénomène dans tout son ensemble). Cette démarche prospective visera donc à réduire les doutes en mettant davantage l’accent sur l’amélioration des stratégies et plan d’actions à venir.