Le monde déclare la guerre contre les cybercriminels

La lutte contre « la cybercriminalité » est actuellement devenue une question d’ordre vitale sur le plan international compte tenu du caractère imminent et menaçant du danger et des enjeux que cette situation représente.  En effet, cette guerre a déjà été enclenchée il y a deux ans, lorsqu’il a été constaté que la cybercriminalité avait commencé à s’étendre de jour en jour, et ce, de manière considérablement exponentielle. 

Les Etats-Unis et la Russie décident à nouveau de s’allier pour combattre les cybercriminels :

Les Etats Unis et la Russie décident de mettre au point et établir un canal de communication urgente pour renforcer la cyber-sécurité. Dans cette optique, la plupart des dispositions essentielles d’accord ont été déjà approuvées. Les analystes et experts gouvernementaux américains et russes sont déjà en train de trouver des solutions sur les différentes approches qu’ils peuvent adopter pour riposter aux cyber-attaques menées par les cybercriminels. 

La suisse et les cybercriminels : une guerre sans relâche

La Suisse dispose suffisamment d’instruments juridiques efficaces pour lutter contre la cybercriminalité notamment, le NCPP suisse (Nouveau code de Procédure Pénale) et la convention européenne sur la cybercriminalité signée par la Suisse en 2001, entrée en vigueur en 2004, n’empêche qu’il fallait apporter quelques éléments de précisions sur la définition de l’accès individuelle à un système informatique par la répression de tout acte de piratage qui facilite l’accès et la mise en circulation de : mots de passe, programmes ou tout autre donnée destinée à être introduite dans un système informatique sans autorisation préalable.  La Suisse collabore étroitement à cet effet avec les USA.

La guerre contre les cybercriminels prend de plus en plus d’ampleur en Europe :

Lors d’un Forum International sur la cybercriminalité qui a eu lieu à Lille, 1500 experts de 23 pays se sont concertés pour trouver des solutions face aux différentes formes de cybercriminalités notamment : les piratages de données, l’usurpation d’identités, les attaques virales à grande échelle, les escroqueries et espionnages en ligne, et bien d’autres points essentiels tels que : la protection des systèmes d’informations et la mise en place des dispositifs de lutte contre la contrefaçon.