Le ver informatique est la cyber attaque la plus utilisée par les pirates des temps modernes

 

Le ver informatique est un programme malicieux qui se duplique à l’intérieur d’un ordinateur, ou d’un ordinateur à un autre, par l’intermédiaire d’un réseau comme Internet, ou tout simplement par le biais de graveur, lecteur ou mémoires mobiles. Le ver peut réduire considérablement les performances d’un ordinateur ou de tout un réseau.

Des cyber attaques massives par ver informatique

Les attaques informatiques par ver se multiplient depuis quelques années. Elles touchaient surtout les « babillards » ou ces petits réseaux de communication utilisés surtout en entreprises. Ces réseaux sont, certes, devenus des serveurs un peu plus puissants actuellement, mais ils constituent également un terrain de jeu des cybercriminels ; soit pour diriger des attaques informatiques, soit pour gérer et préparer leurs attaques. Ainsi, en 2004, un ver attaque des services de babillard à travers Internet. Le ver se propage rapidement, infectant pas moins de 38.000 ordinateurs en quelques heures seulement.

En 2009, les chercheurs de F-Secure Corp. ont déclaré que 6,5 millions d’ordinateurs utilisant Windows ont été infectés par le ver Downadup en quatre jours, compromettant 9 millions de dollars en un peu plus de deux semaines.

Au cours de l’année 2010, un code malicieux d’origine incertaine, nommée « Stuxnet », attaque plus de 30.000 ordinateurs en Iran. Ce ver particulièrement complexe cible surtout un logiciel de contrôle conçu par Siemens. En juillet 2012, une autre attaque par ver touche deux centrales nucléaires de l’Iran. Ce ver bizarre force les ordinateurs à jouer  « Thunderstruck » d’AC/DC à plein volume et à répétition.

Auparavant, les vers visaient surtout les petits réseaux de communication intra-entreprise via Internet, mais il s’avère que les vers informatiques servent désormais à perpétrer des cyber attaques de grande envergure, et les responsables pourraient être toute  une nation, voire même une alliance de deux ou plusieurs Etats.