Les pays asiatiques sont aussi victimes du hacking

Après avoir ridiculisé les grandes institutions américaines en ayant réussi à s’introduire dans leurs systèmes informatiques, et après avoir mis particulièrement un des sites du FBI, hors de service et temporairement inaccessible, par des attaques DDoS ; les Anonymous ont, cette fois ci, choisi de s’en prendre aux autorités chinoises en projetant de lancer des attaques cybercriminelles massives contre les sites internet des institutions administratives et ceux des entreprises privés chinoises.  

Les Anonymous ont réussi à pirater plus de 300 sites chinois en avril 2012 pour protester contre la politique de cyber-censure imposée par le gouvernement Chinois

Ce très célèbre groupe de hackers avait en effet réussi à mettre plus de 300 sites chinois temporairement hors de service, dont des sites gouvernementaux, mais également des sites marchands, en faisant apparaître sur l’écran un message dédié spécialement au gouvernement Chinois et un autre message destiné au peuple Chinois. Ces deux messages en anglais et en chinois peuvent se traduire de la manière suivante :

1)    Le message adressé au peuple Chinois : « Votre gouvernement contrôle l’internet dans votre pays et ne ménage pas ses efforts pour filtrer tout ce qu’il considère comme une menace pour lui »  

2)    La mise en garde adressée aux autorités de Pékin : « Au cours de longues années, le gouvernement communiste Chinois a réprimé son peuple en lui soumettant des lois injustes ». « Cher gouvernement chinois, tu n’es pas invulnérable, aujourd’hui ce ne sont que des sites qui sont piratés, mais demain ce sera ton régime qui tombera »

Le gouvernement Chinois a pris de mesures encore plus strictes en renforçant le contrôle de l’internet dans le pays, en procédant à l’arrestation d’un millier de suspects, et en mettant plus de 3000 sites actifs en garde.

Vous pouvez faire appel à l’agence Anti Cybercriminalité pour vous conseiller et vous renseigner sur toutes les nouvelles formes d’attaques cybercriminelles et de hacking