Les portails d'applications pour les smartphones rendent l’hameçonnage plus fluide

Avec près de 675 millions d’appareils vendus dans le monde en 2012, les ventes de smartphones ne cessent d’augmenter chaque jour. Les prévisions avancent le chiffre de 1,4 milliards de smartphones actifs dans le monde d’ici la fin de l’année. Le marché des applications mobiles est à son apogée. Sur les cinq systèmes d’exploitation pour smartphone, à savoir, iOS (Apple), Android (Google), Windows Phone  (Microsoft), Blackberry OS (RIM), Belle (Nokia), et Bada (Samsung) ; Android renforce sa position de leader avec 57% de part de marché, contre 21% pour l’iOS d’Apple.

A chaque OS sa propre boutique d’applications mobiles

Chaque OS (pour Operating System) propose sa propre boutique d’applications, accessible directement depuis le smartphone. Ainsi, Android a son Play Store, App Store pour iOS, Marketplace pour Windows Phone, Nokia Store pour Belle, et Samsung Apps pour Bada. Des milliers d’applications sont disponibles sur Internet, allant des logiciels ludiques, vers des applications plus pratiques (jeux, réseaux sociaux, multimédia, emailing, tchat, météo, magazine, etc.). Certaines applications sont téléchargeables gratuitement, et d’autres sont payantes. Néanmoins, des enquêtes de Flurry ont révélé plus de 1,76 milliards de téléchargements d’applications mobiles (Android et iOS) entre le 25 et le 31 décembre de l’année 2012. La tentation n’en sera que plus forte pour les pirates informatiques, de profiter de ce phénomène. En effet, plus il y aura d’applications mobiles, plus il sera difficile aux utilisateurs d’identifier les SMS ou mails qui proviennent d’une entreprise authentique. Ce qui augmentera considérablement les risques de piratage informatique par phishing.

Les bonnes pratiques en matière de prévention contre l’hameçonnage et toute autre forme de cybercriminalité sont sur le site www.anti-cybercriminalite.fr.