Les réseaux de prostitution sur internet

Selon le rapport annuel de la Fondation Scelles publié en novembre 2012, 40 réseaux criminels de prostitution ont été démantelés en France en 2011, à Paris, Caen, Bordeaux ou Strasbourg. 80 % des victimes seraient originaires de pays étrangers comme la Colombie, la Chine, le Nigéria ou la Roumanie. Le réseau de prostitution sur Internet est un réseau international, impliquant plusieurs personnes aux rôles différents : proxénètes, recruteurs, administrateurs de sites web…

Des réseaux de prostitution d’envergure internationale

Les enquêtes ayant mené à des dizaines d’arrestations par les autorités françaises ont également mis en évidence l’existence d’un réseau international, impliquant de nombreux pays partout dans le monde. En 2010, la police enquêtait sur un réseau de prostitution à Strasbourg. L’investigation a conduit à l’arrestation de neuf ressortissants nigériens, et a permis d’identifier des proxénètes qui géraient le réseau depuis l’Italie. En décembre 2012, la Police Judiciaire de Nice a procédé à l’interpellation de cinq hommes et une femme, qui géraient à  distance un réseau de prostituées travaillant à Nice. L’enquête a révélé des ramifications dans toute l’Europe, et les interpelés étaient domiciliés en Roumanie. Plus récemment, début 2013, un autre réseau de prostitution a été démantelé à Rouen. Quatre hommes ont été interpelés, dont deux écroués pour proxénétisme aggravé. Recrutant leurs victimes sur Internet, deux hommes s’occupaient de la logistique, notamment de la gestion des appartements et des annonces. Les autorités ont également mis la main sur des billets d’argent en devises.

Plusieurs affaires de prostitution via Internet ont été résolues par les autorités françaises, mais le fléau tend encore à gagner du terrain, du fait de l’évolution constante des NTIC. D’autres organisations luttent également contre le crime sur Internet, à l’instar de l’Agence Anti-Cybercriminalité.