Les virus informatiques s’attaquant aux tablettes sous Android

Si les ordinateurs sont victimes de nouvelles formes d’attaques cybernétiques, les appareils mobiles sont de plus en plus ciblés par les cybercriminels. Avec plus de 100 millions de téléphones Android distribués rien que pendant le premier trimestre 2012, les terminaux mobiles sous Android (smartphones, tablettes, etc.), sont devenus la cible privilégiée des pirates informatiques. Déjà, depuis novembre 2011, l’on recensait une augmentation fulgurante des virus ciblant le système Android : une hausse de 472%, de juillet à novembre de la même année. Et, cette hausse rapide des attaques envers Android persiste jusqu’à maintenant.

Augmentation du nombre de menaces ciblant les terminaux mobiles sous Android

Selon les derniers rapports de sécurité informatique émis par Trend Micro, les malwares sur Android sont 5 fois plus nombreux que ceux ciblant Windows, en 2012. Les études de Trend Micro font état de plus de 350 000 menaces visant Android. L’autre constat inquiétant démontré par ces études, concerne le fait que le nombre de vols de données et d’attaques ciblées visant les entreprises et organisations, a fortement augmenté courant 2012. Pour plus de la moitié, les virus ciblant Android identifiés sont des logiciels espions, conçus spécialement pour le vol d’informations personnelles, bancaires ou d’entreprises des utilisateurs. Le reste est généralement constitué de programmes qui envoient, à l’insu des utilisateurs, depuis leurs terminaux mobiles, un message ou un appel vers des numéros payants facturés très cher. Quelques-uns de ces virus pour Android ont été identifiés, dont le Trojan-SMS, le Backdoor, et le Trojan-Spy.

Pour se protéger des attaques des appareils mobiles sous Android, le mieux est de toujours bien vérifier les autorisations demandées par l’application lors de son installation sur le mobile, et d’utiliser un antivirus pour Android mis à jour systématiquement. D’autres informations sur la criminalité cybernétique sur le site de l’ACC.