L'espionnage industriel, un fléau mondial

Les entreprises généralisent de plus en plus l’intégration des nouvelles technologies de l’information et de la télécommunication dans le fonctionnement de leurs organisations. Si ceci constitue un véritable progrès dans le monde des entreprises, il n’est pas moins vrai que l’interconnexion massive qui en découle augmente la vulnérabilité des informations circulant sur un réseau quelconque. Acteurs économiques particuliers, ou entités gouvernementales s’adonnent à l’espionnage industriel, en utilisant diverses méthodes : offres de services suspectes, ciblage à des congrès internationaux ; exploitation de projets de recherche conjoints, acquisitions de technologies d’entreprises, ou par infiltration de système d’information.

Tous les pays du monde sont vulnérables

Aux Etats-Unis, en 2012, cinq personnes et leurs cinq sociétés respectives sont inculpées de vol de secrets industriels  et d’espionnage industriel en Californie. Celles-ci ont vendu à des sociétés chinoises des formules chimiques développées par le groupe américain de chimie DuPont. La même année, l’on soupçonnait les Etats-Unis d’être responsables de la conception et de la contamination par le virus très complexe dénommé Flame. Ce virus serait un type de logiciel malveillant, cent fois plus volumineux qu’un logiciel malveillant classique, visant à infiltrer un ordinateur à l’insu de son propriétaire, afin d’en prendre le contrôle, collecter des informations ou effacer des fichiers. Visiblement conçu pour l’espionnage industriel, Flame aurait touché près de 1 000 ordinateurs principalement dans les pays du Proche et du Moyen Orient, notamment l’Iran, la Palestine, la Syrie, le Liban, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes, l’Egypte, le Soudan, et d’autres pays.

En visant des grandes infrastructures de télécommunication ou industrielles, l’espionnage informatique industriel pourra nuire gravement au système économique mondial. Des entités spéciales, comme l’ACC (Anti-Cybercriminalité), déploient des efforts constants pour l’éradication de l’espionnage informatique.