Marché noir et cybercriminalité

Le « black market », constitue l’autre face non visible de la cybercriminalité, au sein de laquelle est commercialisée une large gamme de produits illicites et services informels liés directement aux activités cybercriminelles. Le marché noir de la cybercriminalité a considérablement pris de l’ampleur depuis 2010, et continue à s’étendre jusqu’à l’heure actuelle. 

Les principaux lieux d’échange des cybercriminels : 

  1. Les forums de discussion : Il s’agit d’un environnement propice permettant aux cybercriminels de découvrir un grand nombre d’annonces susceptibles de les intéresser, notamment en ce qui concerne la location de « réseaux de machines zombies » ou « botnets », l’hébergement de sites illégaux, la commercialisation de malwares, les offres de fraudes aux jeux de pari en ligne, la vente de numéros de cartes bancaires obtenus illicitement, entre autres.
  2. Les sites de marché noir ou « shops » : Les principes et mécanismes de fonctionnement des « shops » sont similaires à ceux d’un site e-commerce formel, à la seule différence que les activités sont illicites, et consistent principalement à la revente de produits issus du carding, de logiciels malveillants, de comptes de jeux soustraits frauduleusement en ligne, de papiers contrefaits, parmi tant d’autres. 

La monétisation et système de mule :

Les mules servent généralement d’intermédiaires pour faciliter la transformation de l’argent virtuel obtenu illicitement en argent réel. Leurs tâches se résument à la réception de colis, aux opérations de virement bancaire, et à la récupération des sommes dans un distributeur automatique par le moyen de cartes bancaires falsifiées.

Afin que vous puissiez réellement connaître l’étendue et l’enjeu du black market en matière de cybercriminalité, ainsi que la menace qu’il représente, vous pouvez contacter l’ACC (Anti-cybercriminalité).