Qu'est-ce qu’un broutage informatique ?

L’évolution d’Internet a permis de faciliter l’accès aux connaissances et a multiplié et accéléré la communication entre les personnes, sans tenir compte de la distance géographique. Néanmoins, le web 2.0 ou l’Internet facile d’utilisation a également provoqué une évolution vive de la cybercriminalité. En Côte d’Ivoire, la cybercriminalité est connue sous le vocable de « broutage ». Autrefois l’apanage de quelques spécialistes en informatique, le broutage a pris de l’ampleur, incluant des jeunes sans compétences pointues en informatique.

Le broutage pour faire face à la crise ivoirienne

Les brouteurs sont des personnes imaginatives, rusées et prudentes. Ils utilisent des techniques diverses et variées, consistant à obtenir des informations bancaires à des fins d’usurpation d’identité ou de titre ; ou pour soutirer de l’argent à des victimes, qui croient aider des personnes en difficulté. De manière générale, les brouteurs envoient un mail expliquant une situation de besoin, une offre très alléchante (voire trop alléchante), via des spams de type SCAM 419 ; pour solliciter les victimes à envoyer de l’argent ou leurs identifiants bancaires. Pour toucher leur butin, les cybercriminels ont recours à la complicité de certains agents véreux de la police, de certaines banques ou de la poste. Le broutage informatique fait actuellement vivre des familles entières, compte tenu de la crise sociopolitique et économique que la Côte d’Ivoire vit depuis une dizaine d’années.

Des dispositions ont été prises par les autorités ivoiriennes pour endiguer le broutage informatique, qui cible surtout la crédulité des Européens. Ainsi a été érigé le Centre d’Assistance et de Soutien en matière de sécurité informatique (CICERT/CC). L’Etat ivoirien a également imposé aux propriétaires de cybercafés de contrôler l’identité des utilisateurs. Plus d’informations sur le broutage et la cybercriminalité sur www.anti-cybercriminalite.fr.