Qu'est-ce qu’un rançongiciel ?

Désormais, les cybercriminels ne se contentent plus de recourir au phishing pour soutirer des informations bancaires ou recourir aux actes de cyberescroqueries classiques, mais infectent directement l’ordinateur des internautes par des logiciels malveillants ou virus qui se font passer pour la police ou la gendarmerie ou encore une organisation de lutte anti-cybercriminalité ou de sécurité informatique qui bloquent tout le système et font généralement apparaître à l’écran un message d’avertissement et de demande de rançon en échange du déblocage du système sous prétexte que les utilisateurs victimes auraient été accusés d’avoir téléchargé illicitement des contenus à caractère sexuel ou films prohibés par la loi. Ce type de virus se nomme ransomware ou rançongiciel.

Le mode de diffusion d’un rançongiciel :

Ce type de virus peut se propager soit par diffusion de spam, soit par l’accès accidentel à un site malveillant. Généralement, il peut se traduire sous forme d’un fichier compressé « .rar » ou « .zip » ou sous l’apparence d’un fichier d’exécution de programme « .exe ». Lorsqu’il se cache dans l’un des courriers indésirables, le fait d’ouvrir accidentellement le message et de suivre le lien sur lequel ils invitent généralement leurs victimes à cliquer augmente le risque d’infection d’une machine par un ransomware et donc de la propagation et de la diffusion de celui-ci dans tout le système.

Les premières attitudes à adopter face à une telle menace :

-       Ne pas céder à l’offre en refusant de payer ;

-       Contacter un technicien ou ingénieur informatique pour débloquer le système et anéantir le virus ;

-       Tenir son ordinateur à jour ;

-       Installer un antivirus puissant et régulièrement mis à jour ;

-       Renforcer son système de pare-feu ou firewall ;

-       Éviter d’accéder à des sites douteux et malveillants en renforçant le système de filtrage dans les paramètres de recherche web ;

-       Faire appel à l’agence Anti Cybercriminalité pour prévenir les autorités compétentes en cas de persistance de la menace.