Qu'est-ce que la rétroingénierie ?

La rétroingénierie (en anglais « reverse engineering »), appelée également rétroconception, ingénierie inversée ou ingénierie inverse ; est une étude technologique consistant à étudier un objet ou un produit informatique existant, afin d’en déterminer le fonctionnement interne et/ou la méthode de fabrication. Dans le cadre informatique, la rétroingénierie consiste à analyser un programme existant, sans possession du code source. L’analyse peut être statique ou dynamique.

Applications légales et illégales de la rétroingénierie

La rétroingénierie peut viser différents objectifs, tantôt légal, tantôt illégal. Tout d’abord, les finalités de la rétroingénierie pourraient tout simplement être de comprendre le fonctionnement d’un logiciel, afin de pouvoir l’utiliser correctement, de le modifier, ou de s’assurer de son bon fonctionnement. Ensuite, une entreprise peut avoir recours à la rétroingénierie pour créer un nouveau dispositif ou logiciel informatique, ayant les mêmes fonctionnalités au modèle existant, sans violer les droits du propriétaire du brevet. Evidemment, certaines entreprises commettent consciemment un acte illégal, en fabriquant une copie d’un logiciel/matériel informatique breveté, sans en obtenir le code source, ni les méthodes de fabrication, de la part du propriétaire. Dans le cadre d’une veille concurrentielle, une entreprise pourrait également analyser un dispositif informatique d’un concurrent, afin de détecter d’éventuelles violations de brevet. La création d’un logiciel concurrent, en étudiant le code source d’une application brevetée, constitue un acte de piratage, quand les modifications apportées ne visent pas la promotion de l’interopérabilité entre deux logiciels différents.

D’autres informations sur le piratage informatique et la contrefaçon sur le site de l’Agence Anti-Cybercriminalité.