Sécurité Internet à la maison, les mesures à prendre

A part d’être une source d’informations gigantesque et un moyen de communication rapide, Internet représente également une menace permanente au sein des ménages. Les divers appareils mobiles connectés sont généralisés dans les foyers du monde entier : ordinateurs, smartphones, tablettes, PDA, etc. Plus Internet et les technologies qui y sont liées évoluent, plus les menaces de cybercriminalité augmentent. Les menaces sur Internet à la maison peuvent être classifiées selon leur nature respective : les pirateries informatiques et antiprogrammes (virus, chevaux de Troie, vers) ; les matériels offensants et contenu illicites, les délits traditionnels (fraude, menaces, harcèlement, intimidation, etc.) ; les courriels malveillants (pollupostage, pourriels, logiciels espions, etc.) ; et le leurre d’enfants par Internet.

Les bonnes pratiques pour sécuriser l’utilisation d’Internet à la maison

Les bonnes pratiques pour la sécurisation d’Internet à la maison sont nombreuses, certains usages habituels permettent de réduire substantiellement les risques liés à l’usage d’Internet. Au niveau des parents, la plus grande nécessité, c’est de pouvoir contrôler les activités des enfants en ligne. Néanmoins, avec les appareils mobiles, ceci devient presque impossible. Ainsi, le mieux, c’est d’informer les enfants, quels que soient leurs âges, sur les dangers qui menacent tout le monde sur la Toile. Tous les membres de la famille qui ont accès à Internet doivent savoir que diffuser des informations personnelles ou photos (encore moins vidéo) sur Internet peut être néfaste pour la personne et pour sa famille. Une prudence particulière doit être accordée à l’adhésion aux réseaux sociaux, qui est un terrain de jeu fertile pour tout type de cybercriminalité. D’autres mesures logicielles sont également recommandées pour sécuriser Internet, notamment, l’utilisation d’anti-spywares, antivirus, pare-feu, etc. ; systématiquement mis à jour.

D’autres informations sur la sécurité Internet sur le site de l’Agence Anti-cybercriminalité.