Smartphones, tablettes tactiles et réseaux sociaux : des cibles mobiles !

 

Cybercriminalité : les nouvelles cibles

Le spécialiste américain de la sécurité Symantec, dans son rapport annuel 2010, annonce que les cyberattaques seront de plus en plus dirigées vers les smartphones et les tablettes, et qu’une augmentation de 81% des attaques en ligne a été constatée en 2011.

Smartphones, tablettes tactiles et réseaux sociaux : des cibles mobiles !

Avec l’explosion actuelle des ventes de smartphones et de tablettes, les cybercriminels concentrent leurs attaques vers les entreprises et les cyber-consommateurs, via ces appareils mobiles connectés sur Internet. Le nombre d’attaques mobiles a ainsi augmenté de 93% tout au long de l’année 2011. Ces derniers mois, des logiciels malveillants ou malwares sont inventés, réinventés et adaptés pour les nouveaux appareils mobiles qui ont tant de succès auprès des entreprises et des consommateurs. Ces « maliciels » sont surtout conçus pour le vol d’informations personnelles, et l’envoi de contenus malveillants… Dans cette optique, les téléphones utilisant le système Android de Google sont les plus vulnérables. Les cybercriminels volent toute information susceptible d’avoir la moindre valeur sur le marché des informations.

Très prisés par la population mondiale, les réseaux sociaux présentent également un terrain fertile pour les cybercriminels. Ces réseaux communautaires sont d’autant plus répandus par les millions de smartphones et tablettes tactiles connectés partout dans le monde. Les utilisateurs sont parfois insouciants des menaces réelles qui pèsent sur la circulation d’informations personnelles sur ces types de réseaux communautaires. Les informations qui sont données sur les réseaux sociaux peuvent éventuellement être utilisées pour trouver les protocoles des courriels d’une entreprise, par exemple (prenom.nomdefamille@compagnie.com).

Laurent Helsault, directeur des technologies de sécurité chez Symantec, résume « … qu’il y a […] beaucoup plus d’attaques ciblées : on vise des populations précises avec l’objectif de voler tout type d’information ayant une valeur. », une véritable économie de l’information !