Tchernobyl, considéré comme l'un des virus les plus destructeurs

Le virus informatique Tchernobyl (ou CIH) est mondialement connu pour être un des virus les plus destructeurs. Il pouvait anéantir la totalité des informations du système informatique attaqué, et pouvait rendre la machine presque inutilisable. Le virus a fait sa première apparition à Taïwan, en juin 1997. Depuis, de nouvelles versions et variantes ont fait parler d’elles, à l’instar du virus « I Love You », présenté comme une photo de Jennifer Lopez, détecté en 2001.

Le virus à effets de bombe

CIH a la particularité de ne se propager que sur les systèmes d’exploitation Microsoft Windows 95, Windows 98 et Windows ME. Il s’agit d’un virus dit « résident » qui, une fois exécuté, est chargé en mémoire, y demeure, et contamine l’ensemble des fichiers exécutables (*.exe), présents dans l’ordinateur infecté. L’autre particularité de Tchernobyl réside dans le fait que celui-ci est programmé pour se déclencher le 26 avril 1999, si d’autres variantes sont déclenchées tous les 26 du mois. Ce mécanisme donna son nom au virus, en référence à la date anniversaire de l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl, qui a eu lieu le 26 avril 1986. Par ailleurs, les effets du CIH étaient comparables à ceux de la fameuse explosion : Tchernobyl, dès son lancement dans le système, corrompt les données du disque dur pendant le démarrage, et reprogramme le bios de l’ordinateur, et détruit la carte mère. CIH détruisait, et les données, et les ordinateurs infectés. L’on estime le nombre d’ordinateurs infectés par Tchernobyl à plus de 500 000.

D’autres virus informatiques restent à ce jour incontrôlables et indétectables, pour vous en prémunir, informez-vous sur les recommandations de prévention sur le site de l’Agence Anti-Cybercriminalité.